Le parcours du Buenavista Golf
Le parcours du Buenavista Golf

Tenerife a tout pour plaire

Climat idéal toute l'année, parcours variés, vues à couper le souffle, offres hôtelières de qualité, l'île des Canaries coche toutes les cases de la destination golfique parfaite. Journal du Golf a sélectionné trois parcours.

Buenavista Golf : La patte Ballesteros

Depuis la terrasse panoramique du club-house, la vue est imbattable : au premier plan le parcours avec en toile de fond l'océan atlantique et ses vagues qui viennent se fracasser sur les falaises, ajoutant une touche de dramaturgie au tableau. « Certains joueurs nous appellent le petit Pebble Beach. À vous de juger ». Sourire jusqu'aux oreilles, Alberto Gonzalez Perez se régale à comparer son tracé avec la pépite californienne. Une brise océane caresse notre visage et une petite voix intérieure insiste fortement : « Prends plus de balles dans ton sac ». La route vers le départ du 1 se fait en compagnie d'Alberto Gonzalez Perez. Le directeur du Buenavista Golf raconte avec fierté l'histoire du parcours. « Vous saviez que le tracé a été dessiné par Severiano Ballesteros ? Il était vraiment très fier d'être l'architecte et nous avons d'ailleurs un corner dans le club-house consacré à Seve. On retrouve des photos, une sculpture et un grand nombre d'archives. »

Jouer un parcours signé Ballesteros est déjà un challenge en soi et un coup d'oeil sur la carte de score confirme que la patte du génie espagnol est respectée : six par-3, six par-4 et six par-5 pour un par-72 de 6 019 mètres. La comparaison avec Pebble Beach est vite validée tant les vues sur l'océan sont à couper le souffle. Mention spéciale au 13 : un long par-5 tout en descente avec l'impression depuis le départ de taper son drive dans l'océan. Une fois sur le green, les vagues qui s'écrasent contre les falaises faites de roches volcaniques valent également le détour. Un conseil, gardez votre appareil photo proche tant les envies de clichés sont nombreuses. Bien qu'un peu éloigné, le Buenavista est un parcours à faire absolument à Tenerife.

« La volonté était vraiment de faire de ce parcours d'Abama, l'Augusta National européen »

Brendan Breen, le directeur

Abama Golf : Augusta à Tenerife

Après le Buenavista Golf, direction Abama Golf. Un tracé signé Dave Thomas, quatre participations en Ryder. « La volonté était vraiment de faire de ce parcours l'Augusta National européen », explique Brendan Breen, le directeur des lieux. Bon, pas de Magnolia Lane, de pins, où même d'azalées sur le parcours, ici, on trouve plutôt des palmiers, environs 25 000 et pas moins de 22 lacs. En revanche, la comparaison avec le bijou du Masters prend tout son sens en termes de qualité de l'entretien et de topographie des lieux. L'Abama Golf est un parcours manucuré, qui monte, descend, avec des greens le plus souvent surélevés. Même en voiturette, avec la chaleur, le tracé use l'organisme. « Comme à Augusta, on essaye d'avoir des greens très rapides et c'est l'une de nos marques de fabrique, insiste le directeur. Certains joueurs peuvent se plaindre de voir parfois leurs balles glisser en dehors du green mais globalement, ils viennent pour avoir ce challenge. »

Un tracé reconnu qui a reçu en 2005 une épreuve du Tour européen et à plusieurs reprises le Ladies European Tour. « C'est pour nous très important d'avoir pu recevoir ces événements. Ça permet aux golfeurs du monde entier de mettre Tenerife sur la carte du monde, confie Brendan Breen. Quand on accueille une épreuve du Tour, cela permet aussi au parcours de changer de statut. On espère avoir de nouveau très prochainement une épreuve professionnelle. »

25 000
Comme le nombre de palmiers présents sur le parcours de l'Abama Golf

Tecina Golf : la balade de Brooks

Direction la petite île de La Gomera pour découvrir le Tecina Golf. « La Gomera, c'est l'île de Tenerife il y a trente ans, confie Mercedes, notre guide pour cette escapade. Tenerife a beaucoup construit d'immeubles alors qu'ici, c'est plus pittoresque, plus authentique. » Rustique, c'est d'ailleurs le terme que l'on peut employer pour décrire le Tecina Golf. À l'entrée du golf se trouve un panneau en bois avec le plan du parcours. Originalité : le trou n° 1 se trouve tout en haut et le 18 tout en bas. Pour se rendre au premier départ, il faudra d'ailleurs cinq bonnes minutes de voiturette. Donald Steel (Chantilly Longères, Royal County Down), qui a dessiné le tracé, avait décrit ce projet comme l'un des plus passionnants et des plus stimulants. Dès le 1 on comprend l'engouement de l'architecte. La vue depuis le fairway est impressionnante. Le parcours surplombe l'océan et donne la sensation de se jeter dedans à chaque coup. « Donald Steel a vraiment fait du bon travail car c'est un parcours qui est à la fois ouvert car les fairways sont assez larges mais où il faut vraiment bien jouer pour faire un bon score, avoue Primos Pusnik le directeur du golf. Mais notre vrai "problème" avec les joueurs, c'est le temps de jeu car les golfeurs passent beaucoup de temps à prendre des photos. Nous avons la chance d'avoir 18 trous signature. »

Mention spéciale au trou n° 4 : un par-3 en descente avec un green qui semble être à des kilomètres et à gauche un ravin qui n'attend que vos balles. « C'est le trou signature car vous devez passer au-dessus de ce ravin, prévient Mercedes. Aujourd'hui ça va car il n'y a pas de vent. Mais dès qu'il se lève, ce n'est pas la même histoire. » Et si l'on commence tout en haut, le parcours n'est pas pour autant très pentu. Les trous sont relativement plats avec des pentes toujours orientées vers l'océan.

Un parcours où Brooks Koepka s'était régalé en 2013. L'Américain avait remporté le Fred Olsen Challenge. Avec un score total de -24 sur quatre tours. Prêt à relever le défi ?