revenir à l’accueil

Driver SIM

Pour sa gamme de bois 2020, TaylorMade abandonne donc l'appellation M utilisée depuis 2016 pour changer d'ère et axer leur produit sur l'efficacité aérodynamique.

Après trois générations passées à la poursuite du coefficient de restitution (COR) d'énergie parfait, l'équipementier américain propose un « nouveau » credo vieux d'un siècle ou deux : des têtes mieux profilées, pour fendre l'air plus vite et de façon plus stable. Selon l'ingénieur-chef, Tomo Bysted, les SIM ( Shape In Motion, ou, pour ceux qui ont fait anglais LV2, « forme en mouvement ») et leur nouvelle semelle en forme d'aile de Concorde « bénéficient à tous les golfeurs, peu importe le niveau. Ça donne plus de vitesse de club, donc plus de vitesse de balle, donc plus de distance. » Une fois encore chez TaylorMade, l'idée est implacable du point de vue marketing et doit donc, en théorie, permettre d'envoyer la balle plus loin qu'avec les précédents M5 et M6.

Comme tous ses concurrents, la firme californienne avait déjà oeuvré sur la pénétration dans l'air de ses engins. Ce fut le cas en 2015 avec l'Aeroburner au hosel profilé mais dont l'apport aérodynamique intervenait trop tard dans le swing, selon les cerveaux de Carlsbad. Bysted poursuit l'explication du concept SIM, qui a coûté à son employeur plusieurs centaines de millions de dollars d'essais en soufflerie. « L'aérodynamique doit intervenir au moment critique du swing, juste avant l'impact quand la face de club arrive ouverte et commence à revenir square. » En fin de downswing, le driver d'un Dustin Johnson passe de 90 à 120 mp/h. En une fraction de seconde. C'est là qu'intervient le carénage biscornu des SIM : « La vitesse est alors maximale et la face est soumise à une grande rotation, continue Bysted. D'où le besoin d'une forme de semelle asymétrique, pour guider correctement le flux d'air. »

Driver SIM adresse (DR)
Driver SIM adresse (DR)

Un net gain en distance

En misant sur la vitesse de club et affichant un gain de deux mp/h selon ses propres tests, le fournisseur de Tiger Woods a pris un risque tant il est désormais simple d'opposer de façon quantifiable les performances d'un bois à un autre. Nous avons donc testé le SIM en tête standard et comparé les résultats par rapport à son prédécesseur chez TaylorMade, le M5. Selon notre expert en fitting John Lawson (voir sa chronique dans notre précédent numéro), le gain de vitesse de swing est inexistant (+ 0,1 mp/h, sur manche identique). Idem selon notre propre essai, avec certes un vrai mieux en swing speed (+ 2,2 mp/h) mais s'expliquant surtout par un shaft plus souple et 10 grammes plus léger que le précédent.

Alors ce SIM serait juste du vent ? Non, car question distance et vitesse de balle, il domine ses concurrents sortis cette année. Si nous avons pu grappiller trois mp/h de ball speed et un gain léger en longueur, John Lawson a carrément gagné cinq mètres en distance totale. Un constat confirmé par Robin Roussel, joueur de la Race to Dubai qui a selon ses mots ajouté « entre trois et six mètres en portée de balle ». En fait, la puissance de ces SIM semble surtout s'expliquer par l'efficacité des faces dites « injectées » sorties l'an dernier, ainsi que d'un taux de spin en baisse (entre 100 et 200 rp/m en moins par rapport au M5, toujours selon nos tests). Logique donc de voir les balles partir nettement plus bas. Un constat poussant à prendre plus de loft que l'an dernier, passant de neuf degrés pour notre M5 à 10,5 degrés pour le SIM.

20
Sur 33 joueurs sans contrat d'équipements engagés au tournois d'Abu Dhabi sur la Race to Dubai, 20 ont utilisé un driver SIM

Notre avis : non mais oui

Rien n'y fait, les technologies améliorant l'aérodynamique des clubs nous laissent froids. C'est le cas avec les nouveaux Mavrik de Callaway et leur forme Cyclone, des anciens Ping dotés des ailerons Turbulators et donc aussi des SIM, avec ce « générateur d'inertie » placé sur la semelle. À moins d'être capable de swinguer 110 mp/h et plus, on ne voit pas l'apport net pour un golfeur ordinaire. Toujours est-il que ces derniers-nés sont efficaces là où on les attend : la distance. Alors si votre priorité est de gratter quelques mètres, c'est donc vers eux qu'il faudra se précipiter en priorité. Enfin, TaylorMade a eu la bonne idée de doper le moment d'inertie, et donc la tolérance de ses bois. Ceci en plaçant un poids à l'extrémité du « générateur d'inertie » qui, finalement, s'avère bel et bien utile.

+ BIRDIE

Puissant, esthétique et réussi

- BOGEY

Sensation trop « plastiques » à l'impact

Infos pratiques

Bois SIM, de TaylorMade

Disponible en tête standard, Max, D-Type

Loft : 8°, 9°, 10,5°, 12°

Manches : UST Mamiya Helium 5, Mitsubishi Diamana S Limited 60, Project X HZRDUS Smoke Green 70, Fujikura Ventus Blue 6 et Red 5 ; Lamkin Ladies Sonar 38 g, Aldila NV Ladies 45

Grip : Golf Pride Z-Grip 47 g

Prix : de 529 € à 579 €

Informations supplémentaire sur Taylormade.