Tiger Woods (Peter Casey/USA TODAY SPORTS/PRESSE SPORTS/Presse Sports)
Tiger Woods (Peter Casey/USA TODAY SPORTS/PRESSE SPORTS/Presse Sports)

Tiger Woods

Swing Séquence

Tiger Woods possède l'un des plus beaux palmarès de l'histoire du golf. Et l'un des plus beaux swings. Mais parmi les légendes telles que Jack Nicklaus ou Ben Hogan, il est celui qui a le plus souvent changé son geste. Vainqueur de son 80e titre sur le PGA Tour en septembre alors qu'on le croyait perdu, Woods est revenu au sommet après sa victoire du Master d'Augusta en 2019. Analyse de son swing avec Rémy Bedu et Guillaume Biaugeaud à partir des questions des fans Facebook de Journal du Golf.

Questions

Christian : Ce qui caractérise le swing de Woods malgré ses multiples changements avec beaucoup de transfert de poids (Butch Harmon) opposé à un swing centré avec appui à gauche (Sean Foley), de deux plans (Butch Harmon) à un swing arrondi (Hank Haney), Tiger Woods a toujours la « squat position » à la descente avec un abaissement de la tête d'au moins 10 centimètres à l'impact.

R. B. : « Cher Christian, pour compléter vos informations : en 1997, Butch Harmon devient le coach emblématique qui a révélé Tiger Woods au plus haut niveau. En 1998, les deux hommes entreprennent un gros travail sur le swing du Tigre qui mettra plus d'un an pour être efficace. Mais ils se séparent cinq ans plus tard, car Butch voulait faire de la "maintenance" et permettre à Tiger de conserver son swing de performance alors que le perfectionnisme de Tiger le poussait à changer pour faire mieux. Leur séparation controversée pourrait être due aux blessures de Tiger à son genou gauche.

En mars 2004, changement de swing numéro 2 consécutif au changement de coach (Hank Haney) : modification de son swing pour quelque chose de moins traumatisant, soit un swing sur un plan (one plane), comme Sam Snead et Ben Hogan en tournant plus autour d'un axe. En adoptant un swing sur un même plan à l'aller et au retour, plus flat et en rotation, ils recherchaient plus de régularité. Ces changements radicaux ont exigé une modification de grip pour qu'il soit plus dans les doigts.

En août 2010, troisième changement de swing, avec Sean Foley : Tiger passe d'un swing en rotation à un swing sous forme de piston inspiré de la méthode "stack and tilt". À cette époque, Tiger se plonge dans les chiffres en utilisant la technologie TrackMan. Actuellement, Tiger préférerait s'entraîner seul et a quitté Chris Como en 2018 après trois ans de collaboration. »

Corinne : Comment et qu'a-t-il corrigé dans son swing à la suite de ses problèmes de dos ?

R. B. : « Corinne, l'état d'esprit très perfectionniste de Tiger décrit dans le livre de Hank Haney (The Big Miss, mes années avec Tiger Woods, éditions L'Équipe) l'a poussé à modifier son swing à la suite de son opération pour réussir son retour. Mais la refonte de son swing a aussi été motivée par l'envie de jouer plus longtemps et pensée pour protéger son intégrité physique. Le rythme est plus lent et moins saccadé, plus fluide pour éviter les à-coups responsables de ses blessures. Avant, Tiger utilisait la résistance et l'effet de ressort entre le bas et le haut du corps, ce qui occasionnait des torsions, ce qu'il ne peut plus se permettre à cause de sa fusion lombaire. »

Jonathan : Quels sont les éléments essentiels dans le swing de Tiger pour créer cette vitesse de balle « maximum » ?

R. B. : « Dans son "nouveau" swing, Tiger utilise plus les bras et le retard donné à la descente pour générer la vitesse. Ce que vous pouvez copier, c'est la qualité de restitution de son énergie grâce à une compression de balle (appelé balle/terre).»

Fre : En quoi les modifications ou problèmes physiques ont-ils influencé un nouveau swing (plan de swing, amplitude, etc.) ?

R. B. : « Ses problèmes physiques ont en effet motivé des changements notables comme son finish, beaucoup plus droit : son dos ne fait plus un « c » inversé, ce qui venait mettre une charge sur le bas de son dos. »

Heyndrickx : Avez-vous remarqué sa stabilité au niveau des appuis ? Comparée à la nouvelle génération (Justin Thomas, Jordan Spieth, et autres) Woods garde son pied gauche fermement ancré au sol à l'impact. Que recommandez-vous ?

R. B. : « Il n'y a pas une bonne ou une mauvaise façon de swinguer pour mettre de la puissance et il n'est pas question d'opposer les deux styles. Les joueurs que vous avez cités dans votre question sont dans deux systèmes différents : Justin Thomas pourrait être classé dans la famille des jumpers, qui vont puiser leur force dans l'extension à la façon d'un lanceur de poids.

Tiger Woods est plus dans un système en rotation, avec des appuis solides et des bras qui se déplient au dernier moment à la façon d'un boxeur.

Je ne recommande aucune méthode sans connaître les préférences de mon élève. Chaque joueur est unique et doit se rapprocher de son enseignant PGA France pour trouver son système. »

Tiger Woods à l'impacte  (Jasen Vinlove/USA TODAY SPORTS/PRESSE SPORTS/Presse Sports)
Tiger Woods à l'impacte (Jasen Vinlove/USA TODAY SPORTS/PRESSE SPORTS/Presse Sports)

Ce qu'il faut retenir :

Tiger Woods tourne son pied gauche (environ 30 degrés) au départ pour lui permettre de mieux pivoter (au lieu de se bloquer) lors de la descente. Cette astuce, que vous pouvez utiliser, permet une moindre torsion de son genou gauche et sa jambe gauche est moins en extension que dans l'ancienne version de son swing.

Deux particularités à retenir dans le swing de Tiger Woods : le changement d'altitude (descente) de sa tête entre sa position au sommet du swing et au moment de l'impact et son grip interlocking (comme Jack Nicklaus et Thomas Levet), normalement conseillé pour les petites mains, mais qu'il a conservé depuis son plus jeune âge.